Dieu se sert du mal pour un bien supérieur

Il fait tout concourir à notre bien. Malgré les apparences, c’est bien et bien Dieu qui dirige le cours des événements, à la façon d’un chef d’orchestre qui dirigerait l’exécution d’une partition composée par lui- même des artistes. Des artistes qui ne cessent de faire des fausses notes, mais qui n’en exécutent pas moins une symphonie splendide dont la beauté n’apparaitra que dans l’éternité.

Dieu est donc l’Être le plus présent et le plus agissant dans le cosmos et dans l’histoire des hommes, mais c’est Dieu « caché » – adjectif qui revient souvent sous la plume de saint Augustin et de Pascal.

Dieu n’agit pas seulement dans l’histoire lorsqu’Il guérit directement un malade ou qu’ll bouleverse un coeur, mais lorsque les événements semblent se dérouler sans Lui ou contre Lui. Aux yeux du monde, ce sont les qui gouvernent, mais pour les yeux du croyant, ils sont eux-mêmes régis par une puissance supérieure qui les utilise pour la réalisation de ses desseins. « Pour être assis sur le trône, proclamait Bossuet dans son oraison funèbre d’Henriette de France,  ils n’en sont pas moins sous sa main et sous son autorité. Rien ne se produit ici-bas sans l’autorisation de Dieu.

(Extrait du livre « Peut-on croire à la Providence » de Pierre Descouvemont, Editions de l’Emmanuel. Page 57)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *