La tolérance

La tolérance semble être devenue la valeur suprême dans notre société : au-delà du Bien et du Vrai, règne, majestueuse, normative, la Tolérance. Pourtant, le terme lui-même renvoie implicitement à une règle, une loi, un contenu précis. Une tolérance absolue, c’est-à-dire qui n’est pas relative à un contenu précis, est tout simplement contradictoire, à moins de supposer implicitement un relativisme. Auquel cas, l’absolutisation de la tolérance est un voile jeté sur une subtile « dictature du relativisme » (Benoît XVI) qui évite de s’avouer au grand jour. Si une tolérance « 0 » est en effet un signe d’intolérance, la prétendue tolérance « 100 % » est un mensonge qui cache mal une idéologie bien plus intolérante encore.
Famille Saint Joseph – Jean-Marie Verlinde

Voir la suite

La tolérance n’est pas une vertu, puisqu’elle ne vise pas un bien, mais un mal. On approuve un bien et on tolère un mal. Aujourd’hui quand on reproche à un chrétien convaincu qui annonce sa foi, d’être intolérant, bien souvent se cache derrière cette attitude de relativisme. Doctrine selon laquelle il n’y aurait aucune vérité qui puisse s’annoncer de façon universelle. A chacun sa vérité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *