Une prière de Thomas More

Seigneur. Pardonne-moi,

je n’ai jamais bien su prier.

Accorde-moi une âme saine

qui regarde

ce qui est beau et pur,

qui ne s’affole pas devant

le mal, la douleur, l’injustice

mais qui remette toujours

Toute chose en ordre.

Aide-moi à rassurer, secourir,

et accepter toutes différences.

Donne-moi une âme qui ignore

L’ennui, la plainte, le soupir.

Ne permets surtout pas

que je me fasse

trop de soucis, de tracas

pour cette chose encombrante

que j’appellerai « MOI ».

Seigneur, donne-moi le sens

de la gaieté, de l’humour,

pour que je tire

quelque bonheur de cette vie

et en fasse profiter les autres.

Texte d’après Thomas More

Thomas More ( 1478-1535) Humaniste anglais, savant, avocat, ami de Linacre et d’Érasme, page du cardinal Morton, archevêque de Canterbury, More connaît une carrière politique brillante – après s’être opposé en 1507 à Henri VII dont il dénonce les exactions – grâce à Henri VIII et devient ambassadeur puis grand chancelier en 1529. Il est jugé pour haute trahison et décapité le 6 juin 1535 : catholique sincère, il refuse de se rallier à l’Acte de Suprématie signé par le Parlement faisant du roi le chef suprême de l’Eglise anglaise. Il sera canonisé 400 ans après son exécution. Il est l’auteur d’une utopie très célèbre écrite en latin en 1516 et traduite en allemand (1524), en italien (1548), en français (1550), en hollandais (1553).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *